• Passager du jour

    Une rubrique dédicacée à tous ces gens étranges mais parfois drôles que l'on peut rencontrer dans les transports en commun.

  • Un petit post rapide pour saluer le courage des parents qui osent prendre les transports en commun un jour de grève.

    Patienter si longuement dans le froid, ce n'est pas évident pour nous alors pour des enfants...

    Puis, une fois qu'ils ont réussis à se faufiler dans le train (ils sont moins vifs avec leurs poussettes mais peut-être plus agressifs), il faut protéger son bambin de l'effet "sardines en boîte".

    Et surtout, je leur lève mon chapeau lorsque le cher petit se met à pleurer sans que rien ne puisse le consoler et qu'il faut affronter les regards assassins de ses voisins.

    Personnellement, hier, j'hésitais entre enfoncer mon poing dans la bouche de cet enfant ou le jeter par la fenêtre. Mais j'ai eu peur que la fenêtre ne soit pas assez grande...

    Par conséquent, confortablement assise, j'ai choisi de dormir. Je souffre de narcolepsie des transports. 10 minutes dans un quelconque transport sans bouger et je m'endors. De toute façon, je profite ces derniers temps de la moindre minute disponible pour me reposer. Entre le travail, un déménagement et un projet couture urgent (et la vieillesse !), je suis épuisée. D'où la dormance du blog ces derniers jours. Mais je reviens très vite !

    Et vous ça va ?


    3 commentaires
  • 23 juin 2011 - 18h25 - train

    Je me suis échappée du travail 3 minutes avant l'heure (vraiment trop fatiguée), ce qui m'a permis d'attraper un train plus tôt.
    Je préfère toujours m'asseoir près de la fenêtre car je monte et descends au terminus de la ligne.
    Mais montée au dernier moment dans le train, je m'asseoie sur un siège proche de l'allée centrale car mon "voisin de carré" prend de la place près de la fenêtre et m'empêche de m'installer en face de lui.
    Je commence à somnoler quand arrive le passager "I" comme impoli. Il s'installe à côté de mon premier voisin et donc face à moi avec la discrétion d'un hippopotame, ne manquant pas de m'infliger un bon coup de genoux sans s'excuser.
    A l'arrêt suivant, mon premier voisin nous quitte. Monsieur "I" se précipite pour récupérer la place libérée près de la fenêtre et histoire de bien me faire comprendre que je le dérange, il jette violement sa sacoche sur le siège en face de lui et à côté de moi.


    Je deviens vraiment de moins en moins tolérante devant ce genre de comportement. Encore heureux que j'étais fatiguée et trop heureuse de pouvoir savourer 20 minutes de sieste à peu près au calme.

    Quand je pense qu'il y a deux semaines, j'avais été touchée par ce jeune homme qui m'avait gentiment "laissé la priorité" pour sortir du train...
    Ou bien encore le fait que je sois impressionnée de voir le nombre de passager qui abandonnent leurs journaux gratuits dans le train, pour en faire profiter les suivants. Quoi ? Un excès de paresse jusqu'à la poubelle vous dites ? Ah oui, effectivement, les mots croisés sont déjà faits. Quelle déception.... ;)


    votre commentaire
  • 4 mai 2011 - 18h16 - métro
    J'entre sur le quai, le métro est à l'approche. Je continue d'avancer sur le quai dans le but de monter dans les derniers wagons.
    Le temps qu'il s'arrête et que la sonnerie magique retentisse, j'atteins l'avant dernier wagon et je me précipite sur une porte fermée. Je lève la poignée et là... rien ! La poignée était visiblement coincée.
    Je me retrouve donc seule sur le quai devant la porte d'un métro qui démarre sans moi à bord. Sur mon visage se dessine un mélange d'incompréhension, d'agacement et de honte il faut bien le dire.

    Bon, on se reprend ! Le prochain métro passe dans 3 minutes. Seule la vingtaine de passagers dans le wagon que tu as loupé et les caméras de surveillance se souviendront de ce moment cruel.
    18h19, un nouveau métro arrive. J'attends que quelqu'un ouvre la porte (oui, oui, courageuse mais pas téméraire) et je le suis dans la rame.
    Je retrouve toute ma confiance et je prends le train sans encombre.

    4 mai 2011 - 19h12 - bus
    Typiquement, lorsque vous voyez le bus arriver et que vous êtes à 300 mètres, vous vous dites que c'est gagné. Erreur !
    Je me présente devant la porte du milieu, les portes se referment.
    Je m'avance rapidement à la porte de devant qui est encore ouverte. Elle se ferme à son tour.
    Je frappe à cette porte et le bus démarre me laissant une nouvelle fois seule sur le trottoir...

    Ce n'était vraiment pas mon jour alors j'ai décidé de rentrer à pieds pour faire disparaître le mauvais sort.


    votre commentaire
  • 29 avril - 18h - dans le bus

    Pas de places assises alors je me trouve une petite place debout le long de deux sièges individuels. Jusque là tout va bien. Mais après une petite minute, mon "voisin" assis se met à murmurer ce que je crois avoir identifié comme des paroles de rap.

    Un peu plus et il me sussurrait presque à l'oreille...

    Il chantait par intermittence mais je n'entendais pas de musique ni même les basses. Ni tenant plus, je lui ai jeté un regard furtif et je n'ai pas détecté le moindre appareil lui permettant d'écouter de la musique.

    Strange people....


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique