• Psycho-sociologie ou presque

    Réflexions et remarques sur la vie

  • C'est en lisant cet article sur Teemix que je me suis une nouvelle fois étonnée du pouvoir de la célébrité et surtout ses origines.
    Je vous cite : Ryan Gosling "découvert dans N'Oublie jamais, en amoureux transi de Rachel McAdams."

    En lisant ça, j'ai éclaté d'un rire intérieur. Car en ce qui me concerne, la première fois que j'ai vu Ryan Gosling, c'était en 2001 dans la série Classe Croisière. (ndlr : Bon sang ! J'ai encore la musique du générique en tête !)

    Ryan Gosling

    A gauche, Classe Croisière (regardez bien, il est tout à droite). A droite, le même dans N'Oublie jamais.


    Bon ok, tout le monde ne peut pas avoir comme moi une grande culture en séries TV nulles qui ont déjà du mal à être diffusées sur les chaînes du câble.
    Ce qui m'amène à mon second exemple : Shia Labeouf.
    Beaucoup l'ont découvert comme jeune héros de Transformers, voire même comme le fils d'Indiana Jones.
    Mais pour moi, quoi qu'il puisse faire dans sa vie, il restera éternellement Louis, le garçon stupide de Drôle de Frère ou La Guerre des Stevens (oui, certaines séries sont tellement mauvaises qu'on trouve même le moyen de les renommer !).

    Shia Labeouf

    Shia Labeouf alias Louis Stevens (La Guerre des Stevens) / Mutt Williams (Indiana Jones)


    Ce qui m'étonnera sans doute le plus est la quantité de gens qui ont découvert Johnny Depp dans Pirates des Caraïbes alors qu'il avait déjà plus de 20 films à son actif dont Platoon, Edward aux mains d'argent, Las Vegas Parano, Sleepy Hollow, From Hell et 4 saisons de 21 Jump Street ! (Bon sang ! Une adaptation cinéma new gen est en cours ! Je crains le pire !)

    Johnny Depp

    Johnny Depp, le caméléon du cinéma


    Je suis loin de ne m'intéresser qu'aux programmes élitistes (la preuve plus haut avec deux exemples brillants de mes visionnages télévisuels ) mais Edward aux mains d'argent a bercé toute mon enfance même avant de savoir qui étaient Tim Burton et Johnny Depp. Ou alors je suis si vieille que ça ?

    Tout ceci me fait penser à ce vendredi soir où j'ai expliqué à mon frère que cette chanson qu'on entendait "Come What May" extraite de Moulin Rouge! était interprété par Ewan McGregor. Et oui même Obiwan Kenobi sait donner de la voix !

    Ewan Mc Gregor

    Ewan Mc Gregor : de Christian à Obiwan


    votre commentaire
  • On a tous entendu au moins une fois cette expression "c'est un cap à passer". J'avoue que jusqu'à hier, je n'en n'avais jamais vraiment saisi le sens.
    Pour vous situez le contexte, repensez à une belle histoire d'amour que vous avez vécue. Une rencontre née du fruit du hasard, deux êtres qui se révèlent compatibles, de tendres moments de partage et de complicité, des engueulades pour un rien, ... le "big love", comme dirait les jeunes. ^^
    Et puis un jour, tout se termine. Pour de bonnes ou de mauvaises raisons. Il faut apprendre à revivre sans l'autre, passer outre la déprime et arriver à ouvrir de nouveau son coeur.

    En ce qui me concerne, j'ai vécu une belle histoire il y a quelques années. Mais elle n'est pas tombée au moment le plus adéquat et n'a pas pu perdurer. J'ai toujours éprouvé, j'éprouve toujours même, un sentiment d'inachevé vis-à-vis de cette histoire. Cependant, elle m'a permis d'avoir un bagage solide et de bonnes références pour déterminer ce qu'il me fallait dans la vie.
    Je ne vais pas m'étaler sur mon bonheur passé, ce n'est pas le but de ce billet.

    Si j'écris ces mots, c'est parce que j'ai eu l'occasion de déjeuner en tête à tête avec celui qui fut autrefois mon chevalier servant.
    6 ans sans que nous nous soyons vu. Nous étions resté en contact mais nos échanges se limitaient à un e-mail vague tous les 8 mois et un petit sms pour les anniversaires.
    La prise de rendez-vous a été très rapide, du jour au lendemain, mais suffisante pour me laisser le temps de cogiter.
    Il n'y avait pas d'objectifs de reconquête amoureuse mais il y avait toutes ces questions qui m'assaillaient : "Nous étions si jeunes, jusqu'à quel point avons-nous changé ?", "Qu'est-ce que je vais penser de lui ?", "Est-ce qu'on va se reconnaître ?", "Doit-on parler du passé ? De l'avenir ?" et j'en passe...
    Difficile d'affronter les fantômes du passé. D'autant plus, lorsqu'on passe tant d'années accroché à un souvenir.

    J'ai soufflé un bon coup et je me suis fait une promesse à moi-même : oublie toutes ces questions et profite de l'instant. Je sais me donner des bons conseils parfois ! ;)

    Nous avons passer un moment très agréable sur cette terrasse ensoleillée à parler de boulot, de nos familles, de nos amis, de nos loisirs. Un vrai moment de détente et en plus Monsieur est toujours un gentleman et a tenu à régler la note.
    Je n'ai ressenti ni aucune gêne ni attirance "sexuelle". Et c'est là que j'estime avoir passé un cap.
    Je suis capable de revoir celui qui me sert encore de référence sur l'échelle du bonheur sans éprouver le moindre regret. Je m'étonne même d'être si enthousiaste quant aux chemins que nous avons pris.

    Je suis donc repartie travailler le coeur léger, fière d'avoir franchi ce cap et d'avancer toujours un peu plus dans la vie.

    Qui sait ? Dans 2, 15 ou 30 ans, peut-être que nos chemins se croiseront à nouveau ?
    Je suis pleine d'espoir lorsque je lis des nouvelles telles que le divorce d'Arnold Schwarzenegger et Maria Shriver après 25 ans de mariage.

    (Je sais, on frôle l'ambiance Bisounours avec cet article mais j'en avais besoin !)


    votre commentaire
  • A l'occasion de ce week-end de Pâques et d'une petite escapade en voiture, j'ai une nouvelle fois constaté que certains automobilistes ont un comportement dangereux (et agaçant !) sur la route.
    Je reproche à beaucoup de conducteurs de ne pas vouloir se rabattre sur la file de droite. Est-ce la paresse ou la honte d'être dans la file en théorie la moins rapide ? (je dis bien en théorie car si nous roulions tous à la vitesse indiquée sur le panneau, la problématique ne se poserait pas.)

    Voici donc 6 bonnes raisons que j'ai trouvé d'utiliser la file de droite :

    • droit de rouler à une vitesse inférieure à la limite, sans déranger personne.
    • moins de stress de louper sa sortie.
    • moins de chance de doubler et de se faire doubler par la droite.
    • protection des motards qui optent plus facilement pour la file de gauche.
    • en cas de panne, plus de facilité à s'arrêter sur la bande d'arrêt d'urgence.
    • sensation de pouvoir sur les voies d'insertion et les véhicules qui doivent laisser la priorité pour s'insérer. Mouhaha ! ^^


    Très bientôt un bulletin sur Conduire de nuit quand il pleut.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique